Bataille de Ripple contre la SEC : Comment ripple compte s’en sortir ?

Au nombre des secousses que subissent les cryptomonnaies, il est difficile de ne pas évoquer la bataille de Ripple contre la SEC. Cette dernière a clairement l’intention de poursuivre en justice l’entreprise Ripple.

Lire aussi : Comment Ripple envisage 2021

 L’information a été relayée par plusieurs journaux. Que reproche la SEC au géant de la crypto monnaie ? Cet état de chose n’est pas sans conséquence sur le coût du XRP qui est en chute libre. Comment Ripple compte-t-elle s’en sortir alors ?

Le chef d’accusation du SEC contre Ripple : Les ventes illégales de XRP

La Securities and Exchange Commission (SEC) n’est rien d’autre que le principal organisme de surveillance des services financiers des Etats-Unis. Il s’est intéressé aux activités du géant de la cryptomonnaie Ripple qu’il a accusé de vendre illégalement sa cryptomonnaie XRP. 

En effet, ainsi que le PDG Brad Garlinghouse, l’a expliqué dans le magazine Fortune, la SEC reproche à Ripple, l’émission des XRP en tant que titre non enregistré. Elle pense en effet, que Ripple a intentionnellement organisé une offre illégale de valeurs mobilières avec sa vente de XRP.

Une intention de poursuite aux conséquences sans précédent 

L’effet immédiat de cette annonce est que le cours du XRP a chuté de près de -15%. Il est passé de 0,53 dollars pour descendre à 0,45 dollars. Selon les experts, il s’agit de la baisse la plus importante pour un altcoin majeur sur les dernières 24 heures. 

Par ailleurs, il n’y a pas que la SEC qui a Ripple dans son viseur. Les investisseurs ont également adressé d’autres plaintes et demandent la production de documents très sensibles. Mais Ripple ne s’avoue pas vaincue.

Ripple et sa stratégie d’attaque

« La SEC est fondamentalement dans l’erreur », se défend Brad Garlinghouse à qui veut l’entendre, et ce, en droit et en fait. Pour soutenir ses prétentions, il affirme en effet : « Le XRP est une monnaie, et n’a pas à être enregistré comme un contrat d’investissement. En réalité, le ministère de la Justice et le FinCEN du Trésor ont déjà déterminé que le XRP est une monnaie virtuelle en 2015 et d’autres régulateurs du G20 ont fait de même ».

On comprend alors que la pomme de discorde entre la SEC, les investisseurs et Ripple, tient à la nature juridique du XRP, cryptomonnaie de Ripple. S’il est considéré comme un titre par la justice, Ripple sera forcément reconnue coupable. Le cas contraire, si XRP est plutôt vu comme une simple monnaie virtuelle, Ripple s’en sortira blanchie dans un procès où elle aura tout de même entamé son crédit.

Par ailleurs, Brad Garlinghouse a fait remarquer sans équivoque que cette attaque du SEC n’avait d’autre but que de limiter la concurrence, tout en réduisant l’innovation américaine au Bitcoin et à l’Ethereum. 

Quoi qu’il en soit, Ripple par la voix de son représentant légal, persiste et signe qu’elle est du côté de la vérité et prête à cette bataille contre le régulateur américain SERP. « Ne vous y trompez pas, nous sommes prêts à nous battre et à gagner. Cette bataille ne fait que commencer » a-t-il lâché sur Twitter.