Que ceux qui ont poussé un « ouf » de soulagement reprennent leur respiration, Ripple et la SEC n’ont trouvé aucun terrain d’accord. Les deux continuent à se mener une guerre inlassable qui persiste depuis près d’un an déjà.
L’apaisement est encore loin dans ce conflit qui, en toile de fond, se veut l’opposition farouche du gouvernement fédéral américain aux cryptomonnaies en règle générale.

La fake news d’une affaire judiciaire de premier plan

Le monde des cryptos est est rivé sur le conflit Ripple-SEC depuis environ un an. Après des inquiétudes, des soulagements, l’affaire, pour ses spectateurs, tourne à l’agacement. En effet, le bras de fer ne dure que depuis trop longtemps. Alors que Ripple avait récemment obtenu gain de cause en démontrant l’invalidité des arguments de la SEC, celle-ci, cependant, persiste à s’en prendre à la cryptomonnaie.

La SEC, le régulateur financier américain, a accusé le Ripple d’avoir distribué l’équivalent de 1,3 milliards de titres financiers sans autorisation. L’avocat de Ripple, Stuart Alderoty – qui a dénoncé la récente fake news – était parvenu à faire reconnaître à la SEC que les actifs en cryptomonnaies n’étaient pas des titres financiers au sens de la loi.

Malgré cela, le conflit persiste. Peut-être était-ce non pas par erreur ou par malveillance que la fake news a fuité récemment, mais simplement par lassitude. Comme un vœu pieu pour mettre fin à un conflit qui n’a aucun sens mais que la SEC s’acharne à mener.

Loin de la fake news, la SEC persiste à s’en prendre au Ripple

La SEC n’a plus aucun argument à avancer pour incriminer légitimement le Ripple. La fake news, en un sens, n’en est pas une puisque la SEC ne dispose d’aucun moyen pour accuser le Ripple au regard de la loi financière.

Lire aussi : Métamorphose de Ripple en CBDC

Les avocats de Ripple auront même été jusqu’à faire appel à Mary Jo White, ancienne présidente de la SEC, pour témoigner en leur faveur. Tout, en effet, disculpe le Ripple des accusations à son encontre. L’acharnement de la SEC à son endroit ressemble à une guerre d’attrition ayant pour seul objectif de faire diminuer les cours de sa cryptomonnaie en minant la confiance de ses investisseurs.

Il a en effet été estimé que, sans les attaques de la SEC, le Ripple serait aujourd’hui la deuxième cryptomonnaie la plus influente du marché, devant Ethereum.

L’influence d’une fake news sur les cours des cryptomonnaies

Il est possible que la fake news émane d’investisseurs Ripple ayant cherché par ce biais à faire monter les cours de la cryptomonnaie. En effet, la même astuce avait été employée il y a quelques mois par des investisseurs de Litecoin anonymes.

Ceux-ci, en annonçant la fake news selon laquelle Walmart acceptait le paiement en Litecoin, ont fait bondir les cours du Token. Ce qui, alors, leur aura permis de spéculer à la hausse et de revendre en profitant de l’engouement.

Le Ripple n’aura cependant pas connu les mêmes fluctuations de ses cours. La fake news a été rapidement démentie. Qui plus est, devant le caractère borné de la SEC, rares sont ceux à seulement avoir cru qu’un accord avec eux aurait simplement pu être possible.